Sur le livre de Durkheim "Formes élémentaires de la religion"

(127)
Sur le livre de Durkheim "Formes élémentaires de la religion" application/pdf icon
2012

"Formes élémentaires de la sociologie; formes avancées de la théologie", Archives de sciences sociales des religions, numéro 167, Juillet-septembre 2014, p. 255-277.

Abstract

Pour célébrer l’héritage de ce classique des classiques, j’ai choisi de l’éclairer par le contraste avec deux auteurs, Gabriel Tarde et William James qui ont mis en cause, de la plus radicale façon, les deux hypothèses de départ sur lesquelles repose l’étonnant projet de Durkheim dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Avec Tarde, les rapports furent toujours difficiles, on le sait, marquées par un mélange d’irritation réciproque, d’emprunts nombreux et de condescendance ; James, cité plusieurs fois dans les Formes, a reçu, quant à lui, un traitement méticuleux dans le cours que Durkheim a consacré en 1914 au pragmatisme . En prenant la mesure des Formes à partir du principe de Tarde qui suppose la totale pénétrabilité des monades, je voudrais faire ressortir ce qu’a de singulier la définition que donne Durkheim de l’individu et de la société ; en le lisant à partir de la psychologie de James, je voudrais souligner ce qu’a d’improbable la définition d’un individu conçu à la façon de Hume qui ne saisirait de son expérience du monde qu’un nuage de sensations jusqu’à ce que l’imposition de catégories a priori vienne donner sens à son expérience. Puisque Durkheim n’ignorait en rien les positions alternatives de ces deux auteurs et qu’il a choisi de les combattre, il n’est donc pas absurde de faire un peu d’histoire contrefactuelle et d’imaginer ce que seraient devenues les thèses fameuses de Durkheim sur la nature du religieux et sur la genèse de la société, s’il s’en était inspiré.