L'Europe est seule — seule l'Europe

(P178)
L'Europe est seule — seule l'Europe application/pdf icon
2017

Une contribution à un livre dirigé par Michel Wierworka en rapport avec la campagne de Yannick Jadot

Abstract

Je pars de l’idée très simple que la mutation climatique et son déni organisent toute la politique contemporaine depuis au moins trois décennies. Cette mutation joue le même rôle que la question sociale et la lutte des classes pendant les deux siècles qui précèdent.
On ne comprend rien à l’explosion des inégalités depuis quarante ans et au grand mouvement de dérégulation qui l’accompagne, si l’on n’admet pas qu’une partie importante des élites mondialisées ont parfaitement compris de quoi il retournait dans les mauvaises nouvelles sur l’état de la planète, telles qu’elles ont commencé à se cristalliser, grâce au travail des scientifiques, au début des années quatre-vingt-dix.
Puisque la menace était réelle, ces élites en ont tiré la conclusion qu’il fallait avoir deux conduites opposées : premièrement, renoncer au rêve libéral d’après-guerre d’un monde rendu commun par la modernisation de la planète — séparons-nous donc le plus rapidement possible du reste des habitants auxquels ont avait vendu ce rêve d’universel, par une déréglementation à tout va ; deuxièmement, organiser de façon systématique et sur la longue durée le déni de cette mutation écologique qui entraine désormais ce qu’on appelle le système-terre et pas seulement l’environnement.

Downloads