« L’Europe refuge » in L’Âge de la Régression

(P180)
« L’Europe refuge » in L’Âge de la Régression application/pdf icon
2017

« L’Europe refuge » in L’Âge de la Régression Sous la direction de Heinrich Geiselberger (version française de "Die große Regression. Eine internationale Debatte über die geistige Situation der Zeit"), Premier parallèle, 2017, pp. 115-126.

Abstract

Depuis les élections américaines de novembre 2016, au moins, les choses sont plus claires. L’Angleterre s’est égarée dans son rêve d’empire — version fin dix-neuvième siècle ; les États Unis veulent retrouver leur grandeur — version d’après-guerre, photo sépia, 1950. L’Europe, l’Europe continentale se retrouve seule, faible et plus divisée que jamais. La Pologne rêve d’un pays imaginaire ; la Hongrie ne veut plus que des Hongrois « de souche » ; les Hollandais, les Français et les Italiens sont aux prises avec des partis qui veulent se claquemurer à l’intérieur de frontières tout aussi imaginaires. L’Écosse, la Catalogne, la Flandre veulent devenir des États. Tout cela pendant que l’Ours russe se lèche les babines et que la Chine réalise enfin son rêve de redevenir « l’Empire du milieu » en ignorant les intérêts de toutes ses périphéries.

Downloads
Translations

Traduction: Anglaise
Traducteur: Andrew Brown
Reference: « Europe as Refuge », in The Great Regression, 2017
Editeur: Polity, pp.78-87.